Les différents types de plongée par Sébastien Ricci

Sébastien Ricci

On dénombre différents types de plongée, mais on peut les regrouper en deux catégories : les plongées dites de loisir, nécessitant tout au plus le niveau 2, et les plongées spécialisées, qui ne peuvent être pratiquées sans formation.

Les plongées de loisir

La plus courante des plongées de loisir est la plongée randonnée. Il s’agit d’explorer essentiellement la faune et la flore sous-marines. On peut pratique ce type de randonnée en mer, dans l’océan, en lac ou encore en rivière. Ce genre de plongée peut par ailleurs être associée à d’autres types de plongée, comme la photographie ou la vidéographie sous-marine. Le lestage diffère selon qu’il s’agisse d’eau salée (de mer, d’océan) ou d’eau douce (lac, rivière), la densité n’étant pas la même. Sinon, en eau douce, on parle de plongée en altitude à partir de 300 mètres. La pression atmosphérique étant moindre, il faut alors certaines procédures particulières.

On distingue aussi la chasse sous-marine, la plongée sur épave et la plongée de nuit. Pour la chasse sous-marine, il est à noter qu’en France, elle ne peut s’effectuer qu’en apnée, celle avec scaphandre étant interdite. Elle est par contre recommandée dans certains pays, comme aux Caraïbes où l’on y encourage la chasse du Lion Fish. La plongée sur épave, quant à elle, consiste à découvrir une épave, comme l’indique son nom. Selon le niveau du plongeur, l’exploration peut toutefois concerner seulement l’extérieur, la pénétration de l’épave pouvant être dangereuse. Enfin, la plongée de nuit nécessite certains équipements comme de lampes torches (dont une de secours), des systèmes de signalement à la surface… Elle s’adresse notamment à l’observation d’animaux nocturnes, dont ceux fluorescents.

Les plongées spécialisées

Les plongées spécialisées concernent essentiellement l’archéologie sous-marine et les plongées à sensation. Pour la première, l’apprentissage des techniques de recherche d’objet, de récupération et de marquage est incontournable à sa pratique. Il faut également disposer d’un grand sens de l’orientation, la visibilité étant souvent moindre dans les lieux où s’effectue ce type de plongée. Notons que l’on parle d’archéologie subaquatique quand il s’agit d’une rivière.

Concernant les plongées à sensation, il s’agit de rechercher une montée du taux d’adrénaline à travers le fait d’être face à des forces / « dangers » de la nature, comme par exemple le requin. Il y a alors la plongée en cage ou l’alimentation de cette créature est des plus impressionnantes. Des sensations fortes peuvent également être vécues à travers l’exploration de caverne ou la plongée souterraine. Dans tous les cas, les risques ne sont pas à négliger, d’où la nécessité de suivre certaines formations (PADI, etc.). Particulièrement pour la plongée souterraine, selon le cas, deux cylindres peuvent être nécessaires, et dans tous les cas, les binômes ne doivent jamais se séparer.

Sébastien RICCI

 

Sébastien Ricci

×