Sébastien Ricci

Sébastien Ricci : Techteam aide les entreprises dans leur projet de transition vers l’Industrie du Futur

Depuis 2 ans, Techteam, cabinet de conseils en performance industrielle spécialisé dans la transition vers l’Industrie du Futur, est partenaire des régions Auvergne Rhône-Alpes et Bourgogne Franche-Comté pour accompagner les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de taille intermédiaire) dans leur transition vers l’industrie 4.0.

L’industrie du Futur : qu’est-ce que c’est ?

Depuis l'invention de la machine à vapeur, le progrès est passé des premiers convoyeurs et de l'automatisation croissante de la production aux système modernes et interconnectés que nous connaissons aujourd'hui. C'est ce qu'on appelle l'Industrie du Futur ou l’industrie 4.0. Machines, hommes et procédés sont reliés entre eux et toutes les informations importantes sont traitées en temps réel. Autrefois l'industrie était très structurée, statique et fortement caractérisée par la hiérarchie. Plus elle progresse, plus elle se transforme en une industrie interconnectée, organisée de manière dynamique, flexible et décentralisée.

Pour les entreprises, la numérisation ne reste pas sans conséquences au niveau de la mise en réseau horizontal et vertical. Au niveau de la dimension verticale, la manière dont une entreprise organise sa production change. Cela signifie que les systèmes informatiques se mêlent à la production industrielle. D'un autre côté, la mise en réseau horizontale tient compte de la manière dont l'entreprise s'organise avec d'autres entreprises.

La numérisation permet de réunir et de traiter des quantités de données incroyables, ce qui permet de pratiquer l'innovation à plusieurs niveaux. En clair, l'industrie 4.0 implique un changement considérable et comporte un énorme potentiel. Globalement la numérisation dans l'industrie améliore l'efficacité de la production tout en ménageant les ressources. Elle renforce la compétitivité de la place industrielle française et offre de nouvelles opportunités aux entreprises sur le marché mondial.

Si elles veulent maintenir leur place dans le paysage industriel français, les entreprises des régions Auvergne Rhône-Alpes et Bourgogne Franche-Comté se doivent de mener à bien leur transition vers l’Industrie du Futur. Pour ce faire, elles peuvent faire appel à l’expertise de Techteam.

Sébastien Ricci : les démarches mises en place par Techteam

La démarche mise en place par Techteam permet d’accompagner les entreprises à travers une approche globale. Elle est axée autour de quatre domaines d’expertise et un pôle formation : l’expertise conseil en organisation, l’expertise modélisation décisionnelle, l’expertise automation, l’expertise gestion de projet et le pôle formation.

Toutes ces actions permettent de mettre sur la bonne voie les entreprises désireuses de suivre les progrès technologiques et de les intégrer à leur organisation. A la suite de ces actions, elles ont la possibilité de s’engager sur un plan d’investissement sûr. Techteam peut les accompagner dans cette phase projet jusqu’à la mise en œuvre opérationnelle de leur plan de transformation 4.0.

Sébastien Ricci

Sébastien Ricci et sa participation à l’évènement Innovation Summit de Schneider Electric

L’événement s’est tenu les 5 et 6 avril 2018 dans le Hall 4 de la Porte de Versailles à Paris. Lors du salon Innovation Summit organisé par Schneider Electric, Sébastien Ricci, le directeur général de Techteam, un cabinet de conseils spécialisé dans l’accompagnement vers l’Industrie du Futur, s’est vu remettre le label EcoXpert. L’obtention de cette distinction prouve que la société française possède des systèmes avancés de comptage, de correction de la qualité d’énergie et des installations électrique de performance. Retour sur ce que signifie ce label et sur ce qu’il implique pour la société Techteam.

Le label EcoXpert, une certification de qualité pour la société Techteam

Le label EcoXpert atteste de la qualité des performances énergétiques de la société française : système de comptage, amélioration de la fiabilité, performance des installations électriques, etc. Pour améliorer tous ces points, elle a même mis en place la solution SCHNEIDER PME Power Monitoring Expert. C’est un logiciel qui permet de contrôler et de superviser la consommation électrique de l’entreprise. Ainsi, il est bien plus simple de voir où il est possible de faire des économies pour limiter l’impact environnemental de la société.

Techteam, une société qui lutte contre le réchauffement climatique

Le label obtenu lors du salon Innovation Summit montre bien que Techteam mène des actions concrètes pour lutter contre le changement climatique en appliquant des notions d’efficacité énergétique et de monitoring de l’énergie, deux domaines pour lesquels Sébastien Ricci se passionne.

L’efficacité ou l’efficience énergétique est le fait de réduire au maximum ses dépenses en électricité (énergie) pour un service rendu identique. Pour paraphraser, il s’agit d’optimisation énergétique, c’est-à-dire que l’on cherche à consommer moins pour un même service. Avec le changement climatique, ce sujet est de plus en plus présent au sein des entreprises. Les mentalités sont en train de changer et les entreprises mettent de plus en plus souvent en place des mesures pour économiser l’énergie.

Le monitoring de l’énergie est complémentaire de l’efficacité énergétique. Appelée aussi pilotage énergétique, c’est un moyen de mesurer et de maîtriser la consommation en énergie d’un système grâce à des capteurs et des logiciels avancés comme celui utilisé par Techteam. De ce fait, les entreprises sont capables voir en temps réel la quantité d’électricité qu’elle consomme et peuvent donc ajuster leur consommation pour faire des économies.

Véritable adepte de ces deux techniques assez récentes, Sébastien Ricci a mis en place, au sein de Techteam, l’efficacité énergétique et le monitoring de l’énergie pour faire des économies afin de réduire l’impact de la société sur l’environnement. En effet, en consommant moins d’électricité, il y a moins de gaz à effet de serre qui sont rejetés dans l’atmosphère et l’impact sur le changement climatique est donc moindre. C’est une problématique très importante, surtout maintenant, et c’est pour cela que l’entreprise française sensibilise les sociétés sur ce sujet intéressant et essentiel.

Sébastien Ricci et Techteam au salon Global Industrie

Le salon Global Industrie s’est tenu du 27 au 30 mars 2018 au Parc des Expositions (Paris Nord-Villepinte). Il a été l’occasion pour de nombreuses sociétés comme Techteam de participer à de nombreuses activités. Elle a, par exemple, donné une conférence sur l’importance de passer à l’Industrie du Futur et a participé au stand « Offreurs de solutions » avec l’intervention de Sébastien Ricci, le directeur général de Techteam.

En tant que membre de l’Alliance pour l’Industrie du Futur (AIF), Techteam a été invitée à venir sur l’espace « Offreurs de solutions » pour réaliser une vidéo de pitch de leurs solutions pour ainsi valoriser leur savoir-faire en matière de performance industrielle.

Les différentes solutions que propose Techteam

Très engagé sur la question de la transition digitale, Sébastien Ricci a présenté son entreprise et les solutions qu’elle apporte, lors du salon Global Industrie.

La société lyonnaise est spécialisée en performance industrielle et délivre des conseils à forte valeur ajoutée pour toutes les entreprises qui souhaitent entamer leur transition vers l’Industrie du Futur. Elle agit sur l’organisation même des entreprises pour en améliorer l’efficience aussi bien au niveau économique, énergétique (diminution de l’empreinte carbone) et qualitative. Pour se faire, elle propose 3 solutions et un pôle innovation.

La première solution consiste à jouer sur la supply-chain, c’est-à-dire la gestion de la chaîne logistique. Pour ce faire, elle propose de dimensionner et de fiabiliser la chaîne logistique en s’appuyant sur ses propres outils décisionnels.

Ensuite, la production permet de construire, d’exploiter et d’améliorer les performances de l’outil de Production par un accompagnement global de la part de la société de conseils.

Pour finir, la troisième solution est totalement dans l’air du temps puisqu’elle se repose sur l’Energie. Avec le changement climatique, il est nécessaire que les entreprises répondent aux nouveaux enjeux énergétiques. La société de conseils apporte son expertise dans ce domaine en apportant une solution pour trouver le juste dimensionnement des installations et la réduction pérenne des consommations.

Le pôle innovation et développement de Techteam, quant à lui, est un incubateur d’idées. Il se destine à enrichir et développer les différentes solutions. Il assure également une veille technologique et méthodologique quotidienne.

Le salon Global Industrie

Toutes ces solutions ont été présentées lors de l’intervention de Sébastien Ricci pendant le salon Global Industrie. Il a été un parfait lieu d’échange et de rencontres entre les différents acteurs de l’Industrie du Futur. Il a offert à ses adhérents, comme Techteam, et aux visiteurs l’occasion d’échanger avec des acteurs-clés de leur environnement afin de participer à la valorisation et au développement de l’industrie française et Européenne.

Le salon a été aussi l’occasion de présenter aux visiteurs quelques démonstrateurs dans le domaine de la robotique et de la cobotique (collaboration homme-robot), entre autres.

Grâce au pitch « Offreurs de solutions » de Sébastien Ricci, Techteam a pu montrer son engagement sur la question de la transition vers les technologies du futur et l’importance pour les entreprises de s’y intéresser.

 

 

Sébastien Ricci : comment les entreprises peuvent faire face à la quatrième révolution industrielle ?

L’humanité est à l’aube d’une révolution technologique qui va fondamentalement changer les manières d’interagir avec les autres, de vivre et de travailler. Dans le monde industriel, ces changements peuvent être qualifiés de quatrième révolution industrielle.

La première révolution était apportée par l’eau et la vapeur qui ont permis de mécaniser la production. La deuxième a utilisé l’électricité pour créer la production de masse. La troisième révolution industrielle a automatisé la production grâce à l’électronique et aux technologies de l’information. Pour finir, la quatrième révolution industrielle découle de la précédente et correspond à la révolution numérique, née au milieu du siècle dernier. Elle se caractérise par l’utilisation et la fusion des technologies qui efface les frontières entre les sphères physique, numérique et biologique.

De ce fait, de nombreuses entreprises se pose la question suivante : comment faire face et s’adapter à cette quatrième révolution industrielle ? Pour répondre à cette question, il convient de voir quels sont les impacts de ce changement sur les entreprises. Ensuite, il existe une société de conseils, Techteam, dirigée par Vincent de Bentzmann et Sébastien Ricci, qui est capable d’aider les entreprises qui rencontre cette problématique.

L’impact sur les entreprises

Pour résumer, la quatrième révolution industrielle affecte les entreprises sur quatre points différents : l’amélioration des produits, l’innovation collaborative, les formes d’organisation et les attentes des clients.

Les clients ont toujours été le centre de l’économie. C’est encore plus vrai maintenant avec la multiplication des nouvelles technologies qui sont à leur disposition. Par exemple, s’ils sont mécontents d’un service, ils peuvent tout à fait le dire haut et fort sur Internet, via des avis. Cela peut conduire l’entreprise à avoir une mauvaise e-réputation et à fortement être impactée. De ce fait, l’économie des entreprises repose désormais sur l’amélioration du service à la clientèle.

D’un autre côté, les produits et services physiques sont améliorés par les technologies numériques, qui augmentent leur valeur et leur durée de vie. Pour finir, l’émergence de nouveaux modèles économiques et de nouvelles plateformes mondiales nécessite de revoir complètement le talent, la culture et les modèles d’organisation.

L’aide que peut apporter Techteam

Techteam est une société spécialisée dans les conseils en performance industrielle. Elle a été fondée par Vincent de Bentzmann en 2013. L’actuel Président est épaulé par Sébastien Ricci, le Directeur Général.

Pour leur permettre de maintenir leur position sur le marché et améliorer leur performance, elle les accompagne sur deux axes principaux : l’excellence technologique et l’excellence opérationnelle. Pour ce faire la société propose plusieurs solutions innovantes comme l'IoT (l’internet des objets) ou le recours aux cobots (des robots travaillant en coopération avec les humains) pour leur permettre d'affronter les défis de l'industrie 4.0. Grâce à tous ces outils, les chefs d’entreprise peuvent avoir une vision globale de leur stratégie et de leur organisation pour définir clairement leurs objectifs.

En pleine expansion, Techteam compte augmenter son chiffre d’affaires de 10 millions d’euros, d’ici 5 ans, notamment grâce au recrutement d’une centaine d’experts.

Sébastien Ricci : la modernisation de "l’Outil Industriel” avec Techteam

sébastien ricci

Cela fait un moment que l’on en parle. Les avancées de ces dernières années en tracent désormais le chemin, comme le confirme Sébastien Ricci. La modernisation de l’outil industriel avec Techteam est aujourd’hui en route avec une idée : mettre en place les solutions de demain pour permettre au secteur de demeurer compétitif. Pour y parvenir, cela passe, au sein de chaque structure, par des évolutions notables qui permettent d’intégrer la révolution industrielle en cours. Cela induit plusieurs changements. Pour les entreprises, il s’agit alors de savoir se faire aider pour franchir efficacement tous les obstacles.

Techteam aide à cette évolution en proposant un service de bout en bout. L’industrie 4.0 devient alors une réalité pour toutes les entreprises qui franchissent le pas et ainsi assurent leur avenir. Pour Sébastien Ricci, cette modernisation de l’outil industriel avec Techteam est une bonne façon de relever de nouveaux défis, en procédant par étape. Cela commence notamment par une phase d’étude pour voir les solutions organisationnelles envisageables, tout en maintenant l’activité. L’objectif est d’optimiser la chaîne de production pour la rendre plus compétitive.

L’analyse réalisée s’intéresse autant aux moyens de production qu’aux éléments produits. Elle peut alors conduire à envisager, par exemple, une montée en gamme. L’humain occupe une place aussi importante que la machine, avec un rôle qui est amené à évoluer. La flexibilité devient la règle, avec une plus grande valeur ajoutée. Ce constat est le même dans toutes les structures qui se sont lancées dans cette évolution des systèmes de production. Une façon de franchir le pas de la rénovation technologique et de gagner en compétence et compétitivité.

Une modification des méthodes et des outils de production

Pour Sébastien Ricci, la modernisation de l’outil industriel avec Techteam apparaît comme une solution gagnante. Le diagnostic des éléments en place est un préalable avant d’envisager le futur. Deux familles d’éléments sont plus particulièrement mises en avant : les méthodes et les outils. Avant même de parler de nouvelles technologies, ces points apparaissent comme majeurs. La méthode est indispensable pour sécuriser la production. Cela passe notamment par une modification des postes de travail afin de les rendre plus ergonomiques. L'objectif est d'amener une meilleure productivité, tout en réduisant la pénibilité. En effet, envisager l’industrie de demain passe également par une meilleure prise en compte des conditions de travail.

Les appareils de production s’orientent aussi vers une refonte totale ou partielle. L’idée est bel et bien de moderniser l’outil industriel. L’automatisation en est l’une des clés pour fluidifier le processus de production et assurer un fonctionnement en continu. Elle permet d’assurer une meilleure productivité. Pour les salariés, cela signifie également une évolution de leurs postes de travail, tout en apparaissant indispensables à cette nouvelle organisation. Techteam, avec son directeur général Sébastien Ricci, dispose de compétences multiples pour aider les structures professionnelles dans cette modification des moyens de production et pour franchir le pas de la révolution industrielle. Tout est analysé et réfléchi, entre évolutions et conséquences, pour réussir chaque étape de cette avancée et conduire à des choix porteurs d’avenir. Une autre façon d’envisager l’industrialisation et lui donner un élan positif.

Sébastien Ricci : la rénovation technologique dans le domaine de l’industrie

sébasten ricci

La technologie est désormais entrée de plain-pied dans le domaine de l’industrie. Avec elle, c’est aussi une évolution de la façon d’envisager le secteur et de penser chaque étape et process qui apparaît. Cette idée est largement partagée par Sébastien Ricci. Le directeur général de Techteam participe à l’accompagnement des entreprises vers la révolution technologique dans le domaine de l’industrie.

À l’image du travail entrepris par Sébastien Ricci, l’objectif de cette rénovation technologique dans le domaine de l’industrie est avant tout de transformer les méthodes pour obtenir une plus grande performance de l’outil professionnel. Cela touche tous les secteurs de l’industrie, avec la même évidence. Une façon aussi d’envisager dès à présent ce que l’on appelle la quatrième révolution industrielle. Les enjeux sont importants, touchant à la fois les salariés et les futurs employés, mais aussi les machines. Une refonte de tout un système, de façon importante et rapide, nécessitant à la fois de s’y préparer et d’anticiper chaque étape.

Une technologie qui se met progressivement en place

Comme le confirme Sébastien Ricci, la rénovation technologique dans le domaine de l’industrie ne peut dissocier les éléments incontournables à sa réussite. Informatique, machines et surtout humains se retrouvent dans cette nouvelle organisation. La robotique, loin d’être à voir comme un risque, doit à l’inverse être envisagée comme une nouvelle évolution du travail où l’homme en devient un élément clé de la mise en œuvre, mais également du fonctionnement.

Pour cela, la formation des salariés est indispensable pour obtenir la réussite de cette transition. La nature même de la révolution en cours tient dans l’amélioration des principes de fabrication et de la relation clients. Ce dernier point occupe une place tout aussi essentielle à l’heure où la dimension technologique finit par effacer cette donnée. L’évolution organisationnelle doit en être l’un des éléments majeurs. Le défi est à relever au travers de nouveaux apprentissages, complétés par le développement de la formation permanente. Ce choix assure également aux entreprises d’attirer de nouveaux talents.

Le fonctionnement collaboratif mis à l’honneur

L’idée d’un fonctionnement collaboratif fait également son chemin, en même temps que le développement de la nouvelle industrie. Allier l’homme à ce changement est incontournable. En effet, si cette révolution en cours amène de nombreux changements dans la façon d’aborder le monde de l’industrie, elle se traduit par une modification du poste de travail. L’opérateur y trouve pleinement sa place, tout en étant amené à intervenir sur des fonctions à plus forte valeur ajoutée.

La flexibilité et la polyvalence deviennent ainsi des éléments clés de cette autre façon de concevoir l’outil de production. Cette vision remet l’humain à sa juste place, alors qu’il lui a été souvent promis la fin de son emploi dans le monde de l’industrie. Cette avancée vers les entreprises nouvelles apparaît de plus en plus clairement. La fonction collaborative s’affiche comme une technologie phare dès 2020. Autant dire qu’il est important de s’y mettre dès à présent pour prendre le train de l’innovation. Autant de raisons de dépasser les codes et de se lancer dans ces nouveaux défis qui contribue à créer l’industrie de demain.

Sébastien Ricci : La préparation à la plongée / les risques

Sebastien ricci 1

S’il y a des activités alliant parfaitement l’utile et l’agréable, la plongée en fait bien partie. En effet, il s’agit d’un « véritable » sport qui est d’ailleurs des plus complets, l’ensemble du corps étant sollicité. Mais cela, on ne le « ressent » presque pas, grâce à l’émerveillement que nous offre le monde sous-marin. Toutefois, la plongée n’est pas sans risque. Aussi, certaines précautions et une bonne préparation doivent être observées, que l’on soit d’ailleurs novice ou d’une grande expérience.

Quels sont les risques liés à la plongée et quelles précautions prendre ?

Les risques liés à la plongée concernent essentiellement la pression à la descente et à la remontée. En effet, particulièrement lors de ces deux moments, il y a diminution ou augmentation du volume gazeux du fait de la pression. Le barotraumatisme peut alors être au rendez-vous. Celui-ci résulte d’une difficulté d’adaptation entre la pression dans un volume d’air du corps (les oreilles, les dents, les poumons, les sinus, la peau…) et la pression à l’extérieur. Peuvent alors survenir des nausées et vomissements, des vertiges, des douleurs derrière l’oreille, des pertes d’audition, ou encore des acouphènes.

En présence de tels symptômes, il faudra en premier lieu diminuer la vitesse à laquelle on descend ou on monte, voire même stopper la plongée, d’où l’intérêt de porter un gilet de stabilisation. Dans tous les cas, il est déconseillé de pratiquer cette activité en présence de rhume, de bronchite ou de sinusite. On l’aura compris, l’avis du médecin peut être des plus utiles, tout comme les consignes données par le moniteur et une bonne préparation.

La préparation à la plongée

La préparation à la plongée passe en premier lieu par la consultation d’un médecin (idéalement fédéral). En effet, notamment après 40 ans, le système cardiovasculaire, pourtant fortement sollicité lors de la plongée, peut ne plus être au mieux de sa forme. Il faut donc s’assurer de son « bon état ». Il s’agit alors après de se préparer physiquement, ce qui permet d’ailleurs d’entretenir l’appareil cardiovasculaire. Le but est de travailler ses muscles, mais également (sinon surtout) son souffle. Les exercices (course à pieds, vélo…) qui s’adressent aux membres inférieurs sont alors conseillés. Bien évidemment, il faut également « se mettre à l’eau ». Idéalement, il faut procéder à 3 séances de 45 minutes par semaine, dont une séance aquatique (en piscine) et 2 séances terrestres.

D’autre part, il y a l’alimentation. Celle-ci doit être équilibrée, c’est-à-dire apportant une quantité suffisante de chaque nutriment dont l’organisme a besoin pour son bon fonctionnement. Avant la plongée, il faut privilégier les sucres lents pour disposer d’assez d’énergie. En effet, les sucres rapides, comme l’appellation le « confirme », conduisent plus vite à une hypoglycémie réactionnelle.  

L’hydratation est également primordiale. Une bonne hydratation permet d’éviter les Accidents De Décompression.

Sébastien Ricci

Les différents types de plongée par Sébastien Ricci

Sébastien Ricci

On dénombre différents types de plongée, mais on peut les regrouper en deux catégories : les plongées dites de loisir, nécessitant tout au plus le niveau 2, et les plongées spécialisées, qui ne peuvent être pratiquées sans formation.

Les plongées de loisir

La plus courante des plongées de loisir est la plongée randonnée. Il s’agit d’explorer essentiellement la faune et la flore sous-marines. On peut pratique ce type de randonnée en mer, dans l’océan, en lac ou encore en rivière. Ce genre de plongée peut par ailleurs être associée à d’autres types de plongée, comme la photographie ou la vidéographie sous-marine. Le lestage diffère selon qu’il s’agisse d’eau salée (de mer, d’océan) ou d’eau douce (lac, rivière), la densité n’étant pas la même. Sinon, en eau douce, on parle de plongée en altitude à partir de 300 mètres. La pression atmosphérique étant moindre, il faut alors certaines procédures particulières.

On distingue aussi la chasse sous-marine, la plongée sur épave et la plongée de nuit. Pour la chasse sous-marine, il est à noter qu’en France, elle ne peut s’effectuer qu’en apnée, celle avec scaphandre étant interdite. Elle est par contre recommandée dans certains pays, comme aux Caraïbes où l’on y encourage la chasse du Lion Fish. La plongée sur épave, quant à elle, consiste à découvrir une épave, comme l’indique son nom. Selon le niveau du plongeur, l’exploration peut toutefois concerner seulement l’extérieur, la pénétration de l’épave pouvant être dangereuse. Enfin, la plongée de nuit nécessite certains équipements comme de lampes torches (dont une de secours), des systèmes de signalement à la surface… Elle s’adresse notamment à l’observation d’animaux nocturnes, dont ceux fluorescents.

Les plongées spécialisées

Les plongées spécialisées concernent essentiellement l’archéologie sous-marine et les plongées à sensation. Pour la première, l’apprentissage des techniques de recherche d’objet, de récupération et de marquage est incontournable à sa pratique. Il faut également disposer d’un grand sens de l’orientation, la visibilité étant souvent moindre dans les lieux où s’effectue ce type de plongée. Notons que l’on parle d’archéologie subaquatique quand il s’agit d’une rivière.

Concernant les plongées à sensation, il s’agit de rechercher une montée du taux d’adrénaline à travers le fait d’être face à des forces / « dangers » de la nature, comme par exemple le requin. Il y a alors la plongée en cage ou l’alimentation de cette créature est des plus impressionnantes. Des sensations fortes peuvent également être vécues à travers l’exploration de caverne ou la plongée souterraine. Dans tous les cas, les risques ne sont pas à négliger, d’où la nécessité de suivre certaines formations (PADI, etc.). Particulièrement pour la plongée souterraine, selon le cas, deux cylindres peuvent être nécessaires, et dans tous les cas, les binômes ne doivent jamais se séparer.

Sébastien RICCI

 

×